Les Allumeuses, de documentation céline duval

documentation céline duval - L'art du classement

C’est indéniable, nous vivons dans une culture où les images sont omniprésentes : dans les livres et magazines, dans la rue avec les affiches publicitaires et évidemment sur nos écrans de télévision, ordinateurs et smartphones. Il suffit de voir à quelle vitesse nous faisons défiler les fils d’actualité de Facebook ou d’Instagram pour comprendre à quel point nous sommes submergés par les images et à quel point nous prêtons bien souvent peu d’attention à elles.

documentation céline duval est une artiste qui a décidé de se pencher justement sur ces images qui nous entourent au quotidien. Sa pratique artistique est centrée sur un objectif : comprendre le monde visuel, desceller ce que les images véhiculent. Elle les étudie de manière sensible pour savoir que faire de toutes ces représentations et comment nous devons nous positionner par rapport à elles.

Depuis toujours, Céline Duval est attirée par les images. Déjà lorsqu’elle est étudiante à l’Académie des Beaux-Arts de Nantes, elle réalise des cahiers d’images, des albums dans lesquels elle rassemble des dizaines d’images. Sur la couverture de ces cahiers était souvent inscrit « Documentation : Céline Duval ». Elle décide alors d’enlever la ponctuation et de tout mettre en minuscules : c’est ainsi qu’elle a choisi son nom d’artiste !

documentation céline duval - L'entropie
documentation céline duval, L’entropie, 2011.

documentation céline duval est donc collectionneuse d’images. Elle vit et travaille actuellement à Houlgate, en Normandie. Depuis 1998, elle constitue un important fonds iconographique dont la majorité des images proviennent d’une collecte. Ce fonds est composé de cartes postales dénichées sur les marchés aux puces, d’images découpées dans les magazines, de photographies d’amateurs amassées aux cours de ses rencontres, et d’une petite partie de ses photographies personnelles. Mais que fait l’artiste avec toutes ces images ? Elle constitue des univers photographiques, des montages d’images présentés sous la forme de revues et de petites publications, et plus récemment sous la forme de diaporamas et d’expositions.

Elle regroupe ainsi les photographies et les images autour d’une thématique, d’une forme ou d’une situation. Ces photographies, qui se trouvaient avant rassemblées dans un album autour d’un lien familial, sont, dans les oeuvres de documentation céline duval, rassemblées autour d’une attitude, d’une posture, d’un objet. Le travail de documentation céline duval est donc à la fois humaniste et formel. Humaniste car elle attache une grande importance aux personnes et aux corps, qui se retrouvent dans chacune de ses photographie. Formel car il se dégage de ses oeuvres un jeu de formes : des lignes, des cercles, des vecteurs d’énergie traversent les différentes images d’un même ensemble.

documentation céline duval - Tous ne deviendront pas footballeurs
documentation céline duval, Migrateurs. Tous ne deviendront pas footballeurs, 2002.

documentation céline duval - Les Allumeuses 2L’oeuvre la plus connue de documentation céline duval est sa série Les Allumeuses. C’est également son oeuvre la plus importante en terme de réalisation. En 1998, elle commence à découper des images de publicité dans les magazines. documentation céline duval a ensuite classé méthodiquement les centaines d’images amassées. Elle crée 60 catégories autour de trois axes principaux : le regard, les formes et les stéréotypes publicitaires. « Hidden eyes », « Bubbles », « Tongue » ou « Mirrors » sont autant de titres de ces catégories. En 2010, documentation céline duval décide de mettre fin à sa collecte d’images publicitaires car elle estime que cette collecte est rendue vaine par l’explosion d’Internet. Elle décide alors de détruire par le feu toutes ces images. L’oeuvre Les Allumeuses est en fait une série de 60 vidéos dans lesquelles on voit la main de l’artiste prendre une à une les images posées en tas sur le rebord d’une cheminée, les froisser et les jeter au feu.

Les vidéos Les Allumeuses sont donc tout ce qui subsiste de cette collection d’images publicitaires mais aussi du geste de destruction de documentation céline duval. Avec cette oeuvre, l’artiste détruit méthodiquement douze années de collecte, et seules les vidéos peuvent en rendre compte. Elles sont les uniques traces qui subsistent de cette collection. Mais paradoxalement, bruler ces images permet de les numériser et de les rendre donc plus présentes, et aussi plus accessibles puisque ces vidéos sont facilement visionables sur internet. Cette oeuvre correspond bien à la vision qu’a documentation céline duval de l’art : pour l’artiste, tout ce qui est produit dans le domaine artistique ne peut finalement se résumer que des traces.

documentation céline duval - Les Allumeuses 4
Exposition à la Galerie Semiose.

Les Allumeuses rend compte d’un des paradoxes fortement ancrés dans le travail de documentation céline duval : celui de la disparition des images. En effet, malgré cette attirance pour les images qui pousse documentation céline duval à les amasser et à les classer, on découvre qu’elle entretient aussi avec elles une relation de détestation. Dans beaucoup de ses oeuvres, la répétition des représentations identiques ou analogues fait disparaître une à une les images : elles se succèdent, se recouvrent et la force de chaque image finit par se fondre dans la masse. Mais ici, dans Les Allumeuses, cette notion de disparition des images atteint son paroxysme puisque les images sont détruites physiquement.

documentation céline duval - Les Allumeuses 3    documentation céline duval - Les Allumeuses 1

documentation céline duval pose ainsi une réflexion sur les images. Elle tente de comprendre pourquoi nous en produisons autant, dans quel but, et quelle relation nous entretenons avec elles. Sa pratique mérite d’être connue car elle met en évidence beaucoup de mécanismes de notre monde visuel. Des mécanismes que nous appliquons nous-mêmes au quotidien quand nous créons ou observons des images. Les images ne perdent-elles pas de leur impact lorsqu’elles sont trop nombreuses et nous submergent ? Ne sommes-nous pas en train de banaliser certaines choses car elles nous semblent trop familières ? Enfin, documentation céline duval souligne parfaitement bien l’ambivalence des images que nous produisons : elles révèlent à la fois une universalité rassembleuse et humaniste mais également une uniformité qui exprime et produit un certain conformisme. Cette ambivalence est parfaitement remarquable dans nos albums de famille mais également dans toutes ces photographies que nous partageons en masse sur les réseaux sociaux.


Site internet de l’artiste : http://www.doc-cd.net

Site de la galerie Semiose (Paris) : http://www.semiose.fr/fr/artistes/oeuvres/1640/documentation-celine-duval

Vidéos Les Allumeuseshttp://lesallumeuses.net/video_01.html

Pour en savoir plus :

Anaël Pigeat, documentation céline duval ou la disparition des images, dans Artpress, n°408 Février 2014, p.55-60.

Laisser un commentaire