Cette semaine, j’aime #3

Cette semaine, j'aime #3

Il existe de multiples manières de découvrir de nouveaux artistes et talents créatifs. Tout d’abord par la presse, les magazines, les blogs et autres littératures d’art, qui permettent de se tenir au courant de l’actualité artistique de manière indirecte mais de façon rapide et confortable. On peut également découvrir des artistes de manière directe en visitant des expositions et des galeries d’art. Et c’est sans doute de cette façon que l’on fait les plus riches et les meilleurs découvertes ! Pourtant, alors que je fréquente régulièrement les expositions, je me suis rendue compte récemment que je n’étais jamais allée dans une galerie. Pourquoi cette discrimination de ma part face à ces lieux pourtant très dynamiques ?

Principalement parce que les galeries constituent un monde assez particulier, qui semble très fermé de l’extérieur. C’était en tout cas mon avis il y a quelques mois, lorsque je n’osais pas pousser la porte de ces espaces qui ne me semblaient pas très accessibles. Je pensais que les galeries étaient ouvertes uniquement à une élite : collectionneurs, critiques, artistes et amateurs d’art fortunés. Or, la semaine passée, lorsque je me suis décidée à faire le tour de plusieurs galeries situées dans le centre de Bruxelles, j’ai été surprise par l’accueil que m’ont réservé beaucoup de galeristes (pas tous évidemment, certains ne s’intéressant pas du tout à vous, d’autres restant planqués dans leur bureau sans se soucier de votre présence). Mais certains galeristes se sont fait un plaisir de me présenter les artistes et les oeuvres exposées. Et plus encore, ils étaient souvent très intéressés par mes études, mon parcours et mes intérêts pour le monde de l’art. En plus d’avoir découvert des artistes qui me plaisaient beaucoup, cette première aventure dans le monde des galerie a également été parsemée de rencontres et d’échanges agréables avec plusieurs galeristes, de quoi contredire mes a priori et me faire revoir mon jugement …

En réalité, ces espaces, qui semblent peu accessibles au premier abord, sont ouverts à tous ceux qui aiment l’art, quel que soit leur âge, leur formation ou le contenu de leur compte en banque. Il ne faut donc pas hésiter à aller voir les expositions proposées par les galeries, qui permettent bien souvent d’approcher la création actuelle d’un artiste en particulier. Découvertes et surprises garanties ! D’autant que l’offre à Bruxelles est particulièrement riche, il y en a pour tous les goûts ! Foncez ! Et pour vous aidez à préparer votre parcours et à faire un choix parmi les nombreuses galeries bruxelloises, il existe le site de la Neca (New exhibitions of contemporary art in Brussels).

Pour cette troisième édition de « Cette semaine, j’aime » je vous propose donc un aperçu des artistes que j’ai découvert lors de mon parcours dans les diverses galeries bruxelloises.

Jim Hodges

Enorme coup de coeur pour cet artiste américain présenté à la Gladstone Gallery. L’exposition présente une partie bien précise de la production de Jim Hodges : ses verres sur toiles. Ce sont des toiles grands formats recouvertes de fragments de verre teintés. D’une oeuvre à l’autre, les couleurs du verre sont tantôt foncées tantôt flashy. Le résultat se rapproche de la mosaïque monochrome mais avec une dimension supplémentaire : celle du miroir, offrant ainsi de beaux reflets et des jeux intéressants avec l’espace environnant.

A la Gladstone Gallery, du 18 octobre au 18 décembre : www.gladstonegallery.com

Jim Hodges - 1
Installation View: Jim Hodges, Gladstone Gallery, Brussels. Photo: David Regen
Jim Hodges - 5
Installation View: Jim Hodges, Gladstone Gallery, Brussels. Photo: David Regen
Jim Hodges - 7
Installation View: Jim Hodges, Gladstone Gallery, Brussels. Photo: David Regen
Jim Hodges - 6
Installation View: Jim Hodges, Gladstone Gallery, Brussels. Photo: David Regen

Gotiez

Gauthier Dubois, ou Gotiez, est un artiste belge. La galerie Sablon d’Art expose ses « Stacks », des arrangements de morceaux de bois peints qui évoqueraient le processus séquentiel de notre mémoire. Ces « tranches de vie » sont tantôt rigoureusement alignées tantôt superposées et entremêlées. Les morceaux de bois, sur lesquels sont parfois collés des fragments de papier, reflètent bien toute l’ambiguité de notre cerveau. L’artiste réalise un juste équilibre entre les couleurs vives et les images en noir et blanc, mélange de modernité et de passé.

Durant tout le mois de novembre au Sablon d’art : http://gauthierdubois.wix.com/gotiez4

Gotiez - 4
Gotiez, Jhonny Boot, 2015 (http://www.spotuart.com/collections/artist-gotiez)

Gotiez - 2

 

Gotiez - 5
Gotiez, Julia, 2015 (http://www.spotuart.com/collections/artist-gotiez)

Gotiez - 1

Remarque : les oeuvres ci-dessus ne sont pas forcément celles exposées à la galerie.

Ferdinand Pire

J’ai été séduite par les figures féminines très sensuelles de Ferdinand Pire, exposées à la Galerie St-Jacques. Le galeriste m’a expliqué que le peintre belge utilisait une technique très spéciale pour réaliser certaines oeuvres : l’églomisé, c’est-à-dire la peinture sous verre. Cette technique est assez complexe et le résultat d’une grande fragilité. Les tableaux de Ferdinand Pire oscillent entre délicatesse et formes graphiques, pour un résultat très original !

A voir à la Galerie St-Jacques : http://www.galerie-st-jacques.com/index.htm

Site de l’artiste : http://www.ferdinand-pire.com

Ferdinand Pire - 2
Ferdinand Pire, Janus pacificateur
Ferdinand Pire - 1
Ferdinand Pire, L’astronome
Ferdinand Pire, Le silence
Ferdinand Pire, Le silence
Ferdinand Pire - 4
Ferdinand Pire, Diane

Nicolas Karakatsanis

Le photographe Nicolas Karakatsanis a désiré ne divulguer aucune image de son exposition Ways of Seeing – Episode 1 avant ou pendant la durée de celle-ci. Car selon lui, les images publiées dans la presse ne sont qu’un vague reflet de l’exposition, voire une distorsion de celle-ci. C’est donc sans attentes et connaissances aucunes que l’on découvre les 31 photos tirées sur Diasec à la Alice Galery. Je peux en tout cas vous dire que l’absence de lumière naturelle dans le lieu, l’iconographie et la texture des images confèrent une atmosphère particulière à cette exposition, dans lesquelles les photographies se rapprochent curieusement de la peinture.

Remarque : les oeuvres ci-dessous ne sont donc pas celles présentées dans l’exposition mais tirées du site de la galerie, de manière à vous montrer tout de même un peu le travail de Nicolas Karakatsanis.

Ways of Seeing – Episode 1 est visible à la Alice Gallery jusqu’au 23 décembre : http://alicebxl.com

Nicolas Karakatsanis - 1
Willy Vanderperre, portrait de Nicolas Karakatsanis.
Nicolas Karakatsanis - 3
Nicolas Karakatsanis, Untitled, 2014.
Nicolas Karakatsanis - 2
Nicolas Karakatsanis, Untitled, 2014.
Nicolas Karakatsanis - 4
Nicolas Karakatsanis, Untitled, 2014.

Tinimighty

Enfin, je vous présente une artiste que je n’ai pas découvert en galerie mais en poussant la porte de son atelier à Bruxelles. Tinimighty est une artiste espagnole qui travaille et vit actuellement dans la capitale belge. Elle considère sa peinture comme un prolongement de sa pratique méditative. On peut le ressentir dans la manière dont les formes s’enchâssent les unes dans les autres, dans les couleurs qui s’associent avec grâce et dans la spontanéité des gestes posés.

Site de l’artiste : http://www.tinymighty.me

Tinimighty - 2
Tinimighty, Ghost of Fires Past 9
Tinimighty - 1
Tinimighty, The Deedees A.
Tinimighty - 4
Tinimighty, Agathes 9
Tinimighty - 3
Tinimighty, Hush hush

Remarque : sauf mention contraire, les illustrations proviennent des sites des galeries ou des artistes.

Et vous, allez-vous régulièrement dans des galeries ?

Laisser un commentaire