Cette semaine, j’aime #1

Cette semaine, j'aime #1

J’inaugure une nouvelle catégorie d’articles pour partager avec vous mes découvertes artistiques. J’avais envie de créer des articles courts, simples et pas prise de tête, une sorte de pèle-mêle de mes derniers coups de coeur glanés sur la toile ou lors de visites. J’espère que ça vous plaira !

Cette semaine, j’aime :

Karen Knorr, Série India Song

Je pense que vous comprenez pourquoi j’ai eu le coup de foudre pour cette série de photos, en particulier la première avec le paon … ♥ L’artiste américaine Karen Knorr, basée à Londres, crée des univers un peu irréels, magiques, en insérant des animaux dans des lieux à l’architecture éblouissante. La série India Song (2008-2014) a été prise dans des palais indiens hauts en couleurs.

Site de l’artiste : http://karenknorr.com

Karen Knorr, Série India Song - 1

Karen Knorr, Série India Song - 2Karen Knorr, Série India Song - 4

 

Karen Knorr, Série India Song - 3

 

Natacha Lesueur - Portraits loufoques

L’univers de Natacha Lesueur est rempli d’humour. Elle mixe les corps avec d’autres objets de la vie quotidienne. J’ai particulièrement été conquise par ses portraits de femmes aux coiffures et vêtements extravagants. Cette série, réalisée entre 2009 et 2014, a pour but de revisiter la figure de Carmen Miranda, une actrice brésilienne devenue l’emblème exotique d’Hollywood dans les années 40.

Site de l’artiste : http://natachalesueur.com

Sur la série : http://www.documentsdartistes.org/artistes/lesueur/rep-2Latreille.html 

Natacha Lesueur, Portraits loufoques - 4

Natacha Lesueur, Portraits loufoques - 3

Natacha Lesueur, Portraits loufoques - 2

Natacha Lesueur, Portraits loufoques - 1

 

Fred Eerdekens, Graphie de fils métalliques

Fred Eerdekens est un artiste belge qui travaille à la frontière du graphisme : il questionne l’écriture. Les fines baguettes de métal tordues figées dans le mur sont les éléments les plus récurrents dans sa pratique. Lorsque l’on pose de la lumière sur l’œuvre, l’ombre portée des fils génère du texte, une phrase ou un mot. C’est la lumière qui fait donc apparaître l’oeuvre. Sans elle, on ne voit que des entrelacs de fils métalliques.

Site de l’artiste : http://www.fred-eerdekens.be

Fred Eerdenkens - Graphie de fils métalliques - 1
Fred Eerdekens, Invention of a landscape, 2014.
Fred Eerdekens, Graphie de fils métalliques - 2
Fred Eerdekens, History has no future, 2012 (http://www.magda-gallery.com/fr/history-has-no-future-fred-eerdekens).
Fred Eerdekens, Graphie de fils métalliques - 3
Fred Eerdekens, Minimum, 2004.
Fred Eerdekens, Graphie de fils métalliques - 4
Fred Eerdekens, Could suggest something … (détail), 1999.

 

Eva Jospin, Expo à la galerie Suzanne Tarasieve

Eva Jospin travaille sur les limites entre différents matériaux : le bois, le papier et le carton. Son univers de prédilection est la forêt. Ses oeuvres les plus connues sont des parcelles de forêts de grandes dimensions réalisées avec du carton. Le travail fin du branchage imite le bois, ce n’est que lorsqu’on s’approche de l’oeuvre que l’on découvre qu’il s’agit de carton. Ses oeuvres évoquent les décors de théâtre avec les cartons disposés sur différents plans ou avec le papier qui défile lorsqu’on tourne une manivelle qui actionne la rotation de cylindres.

L’exposition est visible à la galerie Suzanne Tarasieve à Paris jusqu’au 21 novembre : http://2013.suzanne-tarasieve.com/?lang=fr 

Eva Jospin, Expo à la galerie Suzanne Tarasieve - 1

Eva Jospin, Expo à la galerie Suzanne Tarasieve - 2

Eva Jospin, Expo à la galerie Suzanne Tarasieve - 3

Eva Jospin, Expo à la galerie Suzanne Tarasieve - 4

 

Dina Oganova, I am Georgia

Actuellement à Paris se tient la 5e biennale des images du monde : Photoquai. 40 photographes originaires du monde entier sont sélectionnés chaque année pour exposer le long des quais de la Seine, sous forme d’une exposition extérieure et ouverte à tous. J’ai particulièrement été touchée par les clichés en noir et blanc de la photographe géorgienne Dina Oganova (Dikarka), qui porte un regard plein de tendresse sur son pays avec la série I am Georgia (2007 – 2014). J’ai énormément apprécié ses portraits de femmes.

Site de l’artiste : http://www.dikarka.ge

Photoquai : http://www.photoquai.fr/2015/

Dina Oganova, I am Gerogia - 4

Dina Oganova, I am Gerogia - 3

Dina Oganova, I am Gerogia - 2

Dina Oganova, I am Gerogia - 1

 

*A l’exception des photos de l’exposition Eva Jospin, toutes les photos proviennent des sites des artistes, sauf mention contraire.

2 réponses

Laisser un commentaire