CACLB : L’Envers du décor

CACLB, exposition L'Envers du décor, espace René Greisch (1er étage)

Pour sa saison d’été 2015, le Centre d’Art contemporain du Luxembourg belge a invité la galerie liégeoise Les Drapiers à investir son site sous le commissariat de Denise Biernaux. A travers l’exposition L’Envers du décor, la nature luxuriante du site de Montauban-Buzenol entre en relation étroite avec les oeuvres

Les interventions artistiques nous invitent à réfléchir sur les dessous de la réalité, sur ce qui se cache derrière le visible, sur ce que l’on peut déceler après les premières perceptions, sur les possibilités parallèles de la vie. Les oeuvres proposent des jeux sur les matières, les médiums, les revers, en interrogeant la valeur qu’on leur assigne traditionnellement. Matériaux nobles sont alors conjugués à des matières populaires, l’homme rencontre le sauvage, et certaines valeurs sociales sont renversées.

Billie Mertens

Billie Mertens - L'Envers du décor (CACLB)

Billie Mertens a investi la maison des forges de ses gravures. Son approche de la gravure est particulière : elle la considère plutôt comme un médium que comme une fin à part entière, s’essayant donc à une multitude de techniques. La mise en scène de ses oeuvres possède d’ailleurs une place importante dans son exposition.

Au rez-de-chaussée, rouleau de papier, tréteaux, cadre placé devant l’image, châssis vides et tableau retourné sont autant de manières de nous présenter ses gravures et d’interroger la place du support dans la création artistique. Les représentations, quant à elles, thématisent les notions d’être et de paraître. L’artiste donne du mouvement à ses gravures en mettant bout à bout des fragments de la même image, mais travaillés différemment, évoquant ainsi le domaine de la photographie et du cinéma.

Billie Mertens - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal
Billie Mertens - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal

A l’étage, les grandes banderoles de papier prennent possession de la charpente. Elles se croisent, s’enchevêtrent et s’appuient sur le bois pour créer une seconde structure, plus légère. Les motifs végétaux se répètent sur les banderoles comme sur du papier peint. Mais l’on s’éloigne du motif pour se rapprocher du naturalisme tant les fleurs fanées sont représentées avec délicatesse et finesse, alliant détail et flou, noirs intenses et formes estompées.

Billie Mertens - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal
Billie Mertens - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal

Billie Mertens - L'Envers du décor (CACLB)

Site de l’artiste : http://www.billiemertens.com

Caroline Fainke

Caroline Fainke - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal

C’est au premier étage de l’espace René Greisch que les tapisseries de Caroline Fainke sont accrochées. Des métiers peu valorisés dans le monde actuel sont mis à l’honneur sur ces grands tissages, comme pour leur rendre un certain hommage : balayeurs et nettoyeuses, qui travaillent souvent dans l’ombre, sont dignes d’être représentés sur les murs. Sur certains ouvrages, le revers se mêle à l’envers. On rend donc visible ce qui ne l’est habituellement pas, ce qui n’est pas destiné à être contemplé.

Un peu plus loin, on trouve une robe réalisée avec un étonnant mariage de dentelle et de torchon. Le textile luxueux s’associe ici au tissu destiné à laver le sol. L’artiste renverse donc les jugements de valeurs pour nous inciter à regarder autrement.

Caroline Fainke - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal

Caroline Fainke - L'Envers du décor (CACLB)

Caroline Andrin

De curieux trophées de chasse ornent également les parois des deux conteneurs juxtaposés de l’espace René Greisch. Ces animaux aux bois irréguliers semblent tout droit sortis de la forêt environnante, ils sont la trace de la vie sauvage qui se déroule au dehors.

Au premier abord, on a l’impression que les têtes d’animaux sont malléables, que la matière va s’enfoncer sous nos doigts si on ose la toucher. En réalité, Caroline Andrin est céramiste. Pour réaliser ces trophées, elle a moulé la terre sur des gants préalablement mis en forme. L’emprunte de la peau et des coutures du tissu sont ainsi conservées sur l’oeuvre de terre, conférant une texture à ces têtes animales. Ici encore, l’envers du décor est révélé : le textile s’est métamorphosé en céramique, grâce au procédé de retournement et du moulage du gant.

Caroline Andrin - L'Envers du décor (CACLB)

Caroline Andrin - L'Envers du décor (CACLB)

Caroline Andrin - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal

Site de l’artiste : http://carolineandrin.com

Tatiana Bohm

C’est également la notion de sauvage qu’évoque Tatiana Bohm avec ses performances. Sur le sol du premier étage gît une peau de léopard. On est loin des fourrures brillantes et douces qui parent parfois les parquets des maisons luxueuses. Et pour cause, cette peau a été tondue et découpée à certains endroits par Léopold le bonobo écorché, personnage qu’investi l’artiste. Léopold aspire au retour à ses racines sauvages. Dans la vidéo, il déambule dans un musée, une masse à la main, lentement… Images oppressantes, où l’on ne sait s’il va recourir à l’action, si l’animal va prendre la pas sur l’homme.

Tatiana Bohm - L'Envers du décor (CACLB)

Site de l’artiste : https://tatianabohm.wordpress.com

Barbara Massart & Nicolas Clément

L’installation et la vidéo présentées dans le conteneur supérieur de l’espace René Greisch sont le résultat de la rencontre entre la plasticienne Barbara Massart et le photographe Nicolas Clément. L’histoire qui se déroule sur l’écran est teinté de mystère. Barbara explore les bois, grimpe aux arbres, déambule dans des costumes colorés et loufoques. Que cherche-t-elle ? Quel est son but ? Quelle est la part de fiction et de réalité ? Ici encore, la part sauvage, animale, de l’homme tente de prendre le dessus. L’univers boisé permet de révéler une personnalité parallèle de la jeune femme, aussi brute que le montage cinématographique. Les costumes et accessoires de Barbara dans les bois sont également exposés, traces de son aventure presque mystique dans la forêt, cet espace du possible que l’on peut contempler au fond du conteneur.

Barbara Massart & Nicolas Clément - L'Envers du décor (CACLB)
Photo : D. Dormal

Barbara Massart & Nicolas Clément - L'Envers du décor (CACLB)

Sites des artistes :     http://nicolasclement.org et http://www.lasgrandatelier.be/index.php/artistes?elem=30

Nicolas Kozakis

Nicolas Kozakis - L'Envers du décor (CACLB)

Les murs de l’ancienne forge de Montauban se parent cet été de fils et de feuilles argentées. Avec cette intervention, Nicolas Kozakis oppose la feuille métallique d’aluminium à la noblesse des métaux qui étaient travaillés dans la forge. Pourtant, lorsque le soleil fait tomber ses rayons sur l’aluminium, celui-ci brille et s’illumine, faisant presque croire qu’il s’agit d’un métaux précieux.

Les pierres jaunes sont jointes par l’aluminium qui leur sert de ciment. Ce matériau populaire, utilisé dans notre quotidien pour conserver la nourriture, intègre l’espace des anciennes forges comme une enveloppe à certains endroits, recouvrant en partie les vieux murs, comme s’il remplissait ici aussi sa fonction de conservation.

Nicolas Kozakis - L'Envers du décor (CACLB)

Nicolas Kozakis - L'Envers du décor (CACLB)

Site de l’artiste : http://nicolas-kozakis.blogspot.be

 Avez-vous visité cette exposition ? Quelles sont vos interventions coup de coeur ?


Infos et Contact CACLB L'Envers du décor

 

Laisser un commentaire