Le Centre Keramis à La Louvière

Centre Keramis - 20

Il est assez étonnant qu’une petite ville comme La Louvière, au coeur du Hainaut, possède trois institutions muséales : le Centre de la gravure et de l’image imprimée, le Musée Ianchelecivi et le Centre Keramis. J’ai visité les trois musées la semaine passée et je vous parle aujourd’hui de celui qui m’a le plus impressionné, le Centre Keramis, bien que l’exposition temporaire du Musée Ianchelevici L’ombre mise en lumière que je vous avais présentée brièvement ici, soit assez surprenante et atypique. Je consacrerai surement un autre article à cette expo.

Le Centre Kéramis, ou Centre de la céramique, est une institution très récente puisqu’elle a ouvert ses portes début mai 2015. Ce musée offre donc la possibilité de voir quelles sont les solutions actuelles en matière architecturale, scénographique et pédagogique, quels sont les enjeux d’un musée en 2015 et quels sont les nouveautés technologiques et musicographiques qui permettent d’atteindre ces objectifs. Ce musée possède en plus la particularité, comme vous allez le voir, de s’implanter sur un lieu préexistant. Comment a-t-on relevé ce défi de construire une nouvelle institution à partir de bâtiments anciens et chargés d’histoire ?

Le Centre Keramis ?

Le Centre Keramis est construit sur le site de l’ancienne faïencerie Royal Boch. Cette industrie fut la plus importante industrie céramique belge dans les années 1960. Elle employait environ 1300 ouvriers et produisait près de 9000 tonnes de vaisselle et d’éléments sanitaires ! L’usine ferme définitivement ses portes en 2011 et une grande partie de la production et des bâtiments sont détruits. Heureusement, les trois fours bouteilles, classés depuis 2003, et l’atelier attenant ont été préservés, ainsi qu’un millier de pièces. La construction d’un musée sur le site de l’industrie Boch, en lien direct avec l’histoire de celle-ci, a donc permis de sauvegarder les vestiges et de transmettre la mémoire de cette usine belge prestigieuse.

Le Centre Kéramis est tout autant un musée qu’un centre d’art. Les expositions temporaires sont axées sur une thématique précise ou sur un artiste particulier, mais sont aussi l’occasion de présenter la création céramique actuelle. Le musée possède également une résidence qui permet à un artiste de développer un projet sur place pendant un temps déterminé. De plus, un espace est prévu pour accueillir des ateliers pédagogiques. Le Centre Keramis est un donc un espace vivant et dynamique qui a le souhait de transmettre les savoirs de l’art de la céramique.

Centre Keramis - 1

Centre Keramis - 2   Centre Keramis - 3

Centre Keramis - 4

Un bâtiment atypique, entre passé et modernité

Le musée est donc composé des vestiges l’industrie Boch, sur lesquels vient se greffer un bâtiment contemporain. Les nouvelles ailes en béton englobent ainsi l’ancien bâtiment en briques rouges sans toutefois totalement le dissimuler aux passants de l’extérieur. Lorsqu’on se trouve à l’intérieur des parties contemporaines, on peut régulièrement avoir une vue sur les fours bouteilles grâce à de nombreuses ouvertures, des fenêtres internes qui permettent un lien visuel constant vers les vestiges du site.

La façade même du musée évoque la nature des collections exposées ! L’enduit dessine, en deux teintes, les craquelures qui apparaissent parfois sur la faïence, créant un réel motif décoratif sur la façade de béton du musée. Les architectes ont donc fait preuve d’une intelligente originalité pour conférer une réelle identité au bâtiment.

Centre Keramis - 7

Centre Keramis - 9

De riches collections

Le Centre Keramis renferme évidemment les créations de la manufacture Boch, auxquelles viennent s’ajouter les collections de céramiques modernes et contemporaines de Wallonie, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Province de Hainaut. On peut donc y découvrir autant des pièces exceptionnelles, de vrais objets de collection, que de la vaisselle quotidienne et plus commune.

Une fois passé dans le bâtiment où trônent les trois immenses fours bouteilles, on pénètre dans l’atelier adjacent. C’est dans cet espace que se trouvent les réserves, dont une partie est non seulement visible mais aussi accessible ! Des centaines d’objets en porcelaine s’étalent devant nos yeux, alignés et superposés sur les étagères. En circulant parmi les vitrines de la réserve, on apprend quelles sont les différentes étapes pour la fabrication industrielle de la faïence. Le façonnage, le calibrage, le transfert, l’aréographie et l’émaillage n’auront plus de secret pour vous ! J’ai trouvé cette alliance atypique entre espace de conservation et espace didactique très intéressant ! Les nouveaux musées proposent souvent des réserves visibles mais peu sont exploitées de cette manière.

Les autres espaces sont consacrés aux collections de céramique des XXe et XXIe siècles. A l’étage, on nous explique plus amplement le rôle qu’a joué la faïencerie Boch dans le développement de la ville de La Louvière et le rayonnement de l’industrie lors des Expositions universelles. Le parcours se termine sur une galerie étonnante présentant les différentes formes que peut prendre la vaisselle de table lorsqu’elle passe entre les mains de designers.

Centre Keramis - 5

Centre Keramis - 6

Centre Keramis - 10

Centre Keramis - 19

Un mobilier de présentation original et intelligent

Je ne vous cacherai pas que j’ai été très captivée par le mobilier d’exposition, plus peut-être que par les collections du musée, bien qu’elles possèdent de très belles pièces qui valent le détour. J’ai trouvé les systèmes de tables particulièrement ingénieux puisque très flexibles. En effet, ce mobilier sert à la fois de support aux textes explicatifs et aux cartels, de présentoirs pour les oeuvres et peut également supporter des vitrines de différents formats. Placées de manière isolée ou regroupées pour former de grandes surfaces d’exposition, ces tables offrent une multitude de variantes et sont aisément modulables.

Le mur du premier étage présentant le design appliqué au service de table m’a également beaucoup plus, notamment pour son originalité et son esthétique surprenante. Les tasses, théières et autres vaisselles de table sont présentées sous des cloches en verre accrochées à différentes hauteurs. Même si la courbe des cloches et la hauteur de présentation ne permet parfois pas d’observer aisément les objets présentés, le résultat est très joli et permet de montrer beaucoup d’objets sur un seul mur.

Centre Keramis - 13

Centre Keramis - 16

Centre Keramis - 18

En conclusion

Le Centre Keramis est donc un musée très intéressant, qui montre bien comment on peut intégrer une nouveau bâtiment sur un site ancien qui comporte encore des vestiges. Les relations entre les deux époques sont bien réalisées : affirmées à l’extérieur et plus subtiles à l’intérieur. Les espaces bénéficient également de belles ouvertures sur la ville, ce qui rend la visite très agréable ! Je mentionne toutefois un point négatif : j’ai trouvé la circulation assez complexe. En effet, je me suis un peu perdue dans le parcours, ne comprenant pas toujours la chronologie, et ne sachant pas toujours quel chemin emprunter pour profiter au mieux de la visite. Une signalétique plus présente ou un plan plus explicite ne serait pas de refus… Mais ce point faible est contrebalancé par la beauté des pièces présentées et par la qualité et la diversité des systèmes de présentation. Un musée donc à visiter sans hésitation même si vous n’êtes pas, au premier abord, attiré par la l’art de la céramique !

Centre Keramis - 14

Centre Keramis - 8   Centre Keramis - 11

Centre Keramis - 17

Centre Keramis - 15

Centre Keramis - 12


http://www.keramis.be

Du mercredi au dimanche, de 10h à 18h.

Entrée : 5€ / 3€ / gratuit

1 Place des Fours Bouteilles (GPS : Boulevard des Droits de l’Homme)
7100 La Louvière
Belgique

Laisser un commentaire