Gerhard Richter - About Painting

Gerhard Richter – About Painting

Gerhard Richter est considéré comme un des plus grands peintres contemporains. Pourtant, son travail n’avait pas été montré en Belgique depuis l’exposition à Bozar en 1976. Le SMAK de Gand lui consacre actuellement un exposition qui s’apparente à une rétrospective puisqu’elle présente à la fois des pièces anciennes et des oeuvres récentes, encore jamais montrées au public.

Le directeur du SMAK, Philippe Van Cauteren, explique : « Certes, [l’exposition] n’a pas l’ampleur des rétrospectives de la Tate ou du Pompidou mais celles-ci coûtaient trois millions. La nôtre a été voulue par Richter, 85 ans, qui nous a prêté ses huit dernières œuvres, il la voit comme étant un manifeste pour la peinture. » (La Libre, 22 décembre 2017)

Gerhard Richter - About Painting
Vue de l’exposition « Gerhard Richter. About Painting » au SMAK (Gand).
Gerhard Richter - About Painting
Vue de l’exposition « Gerhard Richter. About Painting » au SMAK (Gand).

L’exposition se déploie sur deux salles, de manière chronologique. Dans les deux pièces, les toiles s’articulent autour de deux installations de verre. 4 Panes Of Glass (1967), dans la 1ère salle, est la première oeuvre de ce type de l’artiste. Les panneaux de verre invitent le visiteur à se mouvoir autour de l’installation et offrent de nouveaux points de vue sur les oeuvres qui apparaissent derrière les quatre glaces.

7 Panes (House of Cards), présentée dans la seconde salle, date quant à elle de 2013. Les panneaux de verre s’appuient les uns sur les autres, comme dans un château de carte et jouent davantage sur l’idée de reflet. Les oeuvres en verre de Richter traduisent sa volonté de rendre la peinture, ou du moins les images, spatiales. Richter interroge ainsi la place du spectateur, cherchant à l’impliquer dans ses oeuvres où il se reflète parfois. Les deux parties de l’exposition se font ainsi écho et cette mise en espace renforce la cohérence de l’oeuvre entière de Gerhard Richter.

Gerhard Richter - About Painting
Vue de l’exposition « Gerhard Richter. About Painting » au SMAK (Gand).

En effet, le peintre allemand n’a cessé au cours de sa carrière de questionner la peinture, d’en expérimenter les limites et de proposer de nouvelles possibilités d’exploitation de ce médium. Dans cette optique, le rapport qu’il entretient au début de sa carrière avec la photographie est intéressant. Partant de photos prises par lui-même ou non, Gerhard Richter crée des toiles dont l’effet de flou est une caractéristique typique du peintre. Il interroge ainsi la notion de mémoire, qu’elle soit personnelle ou collective, mais aussi les limites entre peinture figurative et peinture abstraite. Cette dernière va d’ailleurs devenir de plus en présente dans l’oeuvre de Richter. Elle est l’occasion pour lui de questionner la couleur, avec, notamment, ses monochromes gris et ses toiles aux échantillons de couleurs.

Gerhard Richter - About Painting
Vue de l’exposition « Gerhard Richter. About Painting » au SMAK (Gand).
Gerhard Richter - About Painting
Vue de l’exposition « Gerhard Richter. About Painting » au SMAK (Gand).

Une vidéo complète l’exposition. On y voit l’artiste dans son atelier, en train de réaliser une série de toiles. Grâce à cette vidéo, on comprend combien le peintre entretient un rapport physique avec la peinture. D’abord par la grandeur des toiles qu’il utilise, ensuite par la manière dont il applique les couches de couleur. Gerhard Richter implique son corps tout entier dans le processus de création. En utilisant des racloirs, il étire la couleur sur la toile, tantôt verticalement, tantôt horizontalement. Les couches se succèdent, s’accumulent. Puis, le racloir vient enlever de la matière, révéler en partie les couches inférieures. En laissant une place au hasard, l’artiste accepte de ne pas contrôler entièrement ses gestes.

Vue de l’exposition « Gerhard Richter. About Painting » au SMAK (Gand).

Infos pratiques :

Exposition visible jusqu’au 18 février 2018 au SMAK de Gand.

Un autre article sur des expositions au SMAK.

Private Choices, à la Centrale.

Fenêtre sur l’intimité des collectionneurs

L’exposition Private Choices présentée à la Centrale for contemporary art nous offre la possibilité de découvrir 11 collections bruxelloises, soit 11 personnalités de collectionneurs/duo de collectionneur, et autant de manière de collectionner. 

Harry Callahan - Série "French Archives"

Harry Callahan – French Archives

Dans la chapelle de l’ancien Carmel de Charleroi, le Musée de la Photographie nous a offert récemment un voyage dans la Provence des années 50. Les clichés en noir et blanc du photographe américain Harry Callahan déclinent la vie des ruelles provençales et offrent une riche palette lumineuse. Un travail d’une grande beauté formelle mise en valeur par une scénographie sobre et élégante.

Immeuble graphique Berlin

Escapade à Berlin – le Hamburger Bahnhof

Escapade express à Berlin pour visiter un lieu important de l’art contemporain : le musée Hamburger Bahnhof. Un lieu impressionnant, à la hauteur des grands artistes qui y sont présentés dans les collections permanentes.

Helena Almeida, une rétrospective au Wiels

Helena Almeida est née à Lisbonne en 1934. Elle y vit et y travaille toujours actuellement. Formée à la peinture aux Beaux-Arts de Lisbonne, elle utilise par la suite différents médiums comme la photographie et la performance. Aujourd’hui, l’artiste portugaise est considérée comme une figure majeure de la performance et de l’art conceptuel.

Soft résistance. Hessie à la Verrière Hermès

La Verrière Hermès expose le travail récemment redécouvert de l’artiste caribéenne Hessie. A la croisée du minimalisme et de l’artisanat, à la fois subtil et rigoureux, son oeuvre se déploie avec subtilité dans une scénographie originale et justement pensée.

Something Precious, Sophie Langohr - 1

Something Precious, de Sophie Langohr

Il y a quelques temps, j’ai rencontré Sophie Langhor, une artiste liégeoise. Elle travaille essentiellement à partir d’images collectées dans des magazines, qu’elle retouche par la suite. Mais pour sa dernière exposition, Something Precious, Sophie Langhor a exploité une nouvelle technique : le moulage d’anciennes sculptures religieuses. Elle m’a expliqué la genèse de ce projet et je partage aujourd’hui ses explications avec vous.

Froissements

Froissement est le titre de l’exposition que j’ai présentée pour mon jury de fin d’année dans le cadre de mes études en design d’exposition. Pour permettre à ce projet de vivre plus longtemps, j’ai décidé de lui consacrer un article. Vous y trouverez une partie des textes provenant du guide du visiteur ainsi que des photographies de la mise en espace des oeuvres.